vie professionnelle

Bilan d’étape des États généraux de la post-​production cinéma

Les journées du 24 novembre et du 15 décembre ont réuni environ 160 personnes chacune : monteurs, monteurs son, bruiteurs et mixeurs, ainsi que des directeurs de post-​production. Une délégation de réa­li­sa­teurs de la SRF était présente le 15 décembre pendant les comptes rendus des ateliers.

Le 24 novembre, la matinée s’est déroulée en assemblée plénière dans la salle Jean Renoir de la Fémis. Chaque métier a présenté ses enquêtes, elles sont consul­tables sur les sites des asso­cia­tions (pour LMA, retrouvez l’enquête sur les pratiques du montage sur la page publi­ca­tions de notre site). Quatre ateliers se sont formés et ont travaillé l’après-midi.

Le matin du 15 décembre, les quatre ateliers ont restitué leur travail en assemblée plénière. Les directeurs de post-​production ont présenté leur métier et leurs conditions de travail. Dans la salle, une réa­li­sa­trice est intervenue pour nous assurer du soutien de la SRF. D’autres inter­ven­tions ont pointé l’importance de la notion d’équipe et la nécessité de mettre en avant la gravité du problème de la trans­mis­sion des savoirs dans la situation de sous-​emploi des assistants.

Deux ateliers se sont réunis l’après-midi. L’atelier transversal reprenait l’ensemble des pro­blé­ma­tiques abordées le 24 novembre, pour en faire une synthèse en vue de la rédaction du livre blanc. L’atelier mobi­li­sa­tion analysait pourquoi le mouvement de grève de l’hiver-printemps 2018 n’avait pas abouti et réflé­chis­sait aux moyens d’élargir et de solidifier nos forces pour se mobiliser effi­ca­ce­ment dans un futur proche.

En fin d’après-midi les deux ateliers se sont retrouvés en assemblée plénière pour faire part à tous de leurs avancées et envisager concrè­te­ment comment construire la suite.

Deux nouveaux groupes se sont créés sur la base du volontariat. Il est encore possible de les rejoindre en envoyant un mail à : etatsgeneraux.​postprodcinema@​gmail.​com.

Un comité de rédaction est chargé d’écrire le livre blanc que nous pré­sen­te­rons le 6 février prochain devant une assemblée très large : producteurs, directeurs de production, réa­li­sa­teurs, syndicats, ins­ti­tu­tions (CNC, Audiens, Afdas, Ficam), presse, etc. Ce comité d’une vingtaine de personnes (tous les métiers sont représentés) s’est déjà mis au travail en structurant le livre blanc autour d’une quinzaine de pro­po­si­tions concrètes pour améliorer notre situation. Il présentera une première version du livre vers la fin du mois de janvier lors d’une séance ouverte à tous les par­ti­ci­pants des états généraux. Au cours de cette séance, le texte pourra être amendé, chaque amendement fera l’objet d’une discussion et d’un vote ;

Un comité de pilotage de la mobi­li­sa­tion s’est constitué. Il est composé de 35 personnes. Préparer un rapport de force en parallèle de la rédaction du livre blanc nous est apparu indis­pen­sable. Nos reven­di­ca­tions sont restées lettre morte depuis le printemps 2018, il serait illusoire de se contenter des vagues promesses qui pourraient être formulées, il est nécessaire d’obtenir des engagements fermes de la part des syndicats de producteurs.